Sites à connaître


Abonnement Newsletter

campanile_couche_soleil.jpg

Visiteurs

mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats

Qu'est ce qu'une station d'épuration?

Dossier techniqueLa station d’épuration mode d’emploi.
Le projet de nouvelle station d’épuration est au cœur des débats du nouveau Conseil municipal. Pour en éclairer les enjeux, il nous a semblé utile de contribuer à notre formation citoyenne en fournissant un premier dossier de formation technique.
Les citoyens sont les premiers experts de leurs besoins. Une bonne expertise commence par une solide documentation.  Ce dossier ne demande qu’à s’enrichir de vos contributions.
Une grande partie de la documention provient du site de l’ADEME.
http://www.ademe.fr/partenaires/Boues/Pages/f14.htA

Dossier technique
- Une station d’épuration est installée généralement à l’extrémité d’un réseau de collecte, sur l’émissaire (?) principal, juste en amont de la sortie des eaux vers le milieu (?) naturel. Elle reçoit les eaux de ce réseau mais aussi, les eaux recueillies par la vidange des fosses sceptiques des particuliers. Elle rassemble une succession de dispositifs, empruntés tour à tour par les eaux usées. Chaque dispositif est conçu pour extraire au fur et à mesure les différents polluants contenus dans les eaux. La succession des dispositifs est bien entendu calculée en fonction de la nature des eaux usées recueillies sur le réseau et des types de pollutions à traiter.

50 % des stations de plus de 10 000 équivalent-habitants sont construites selon ce procédé en France.
- L’épuration des eaux à traiter nécessite de nombreuses opérations :
- Les prétraitements pour éliminer les éléments solides les plus grossiers (déchets volumineux, sables, corps gras ; opérations de dégrillage, dessablage et dégraissage).
- Les traitements primaires et physico-chimiques pour éliminer les déchets dissous et les matières en suspension.
- Les traitements biologiques indispensables pour extraire les polluants organiques dissous dans les eaux usées.
Pour chaque étape, les procédés sont nombreux, plus ou moins performants, plus ou moins coûteux, plus ou moins respectueux de l’environnement. Ils nécessitent donc des des choix, des arbitrages entre les coûts et les performances.
- Il faut ensuite mesurer les performances de l’épuration. Plusieurs indicateurs sont utilisés qui mesurent l’efficacité dépolluante physico-chimique, organique, des matières en suspension et des contaminants biologiques.
- L’assainissement des eaux usées produit de l’eau épurée et des boues.
- L’eau épurée peut être soit rejetée dans le milieu naturel (pour réalimenter une rivière par exemple), soit réutilisée pour les activités humaines (irrigation, activités industrielles etc…).
- Les boues sont de plusieurs types. Il faut les stabiliser et ensuite les évacuer. Il est donc essentiel, avant d’installer une station d’épuration et pour la soulager, de passer des conventions avec les industriels de la commune concernée pour qu’ils traitent en amont leurs propres polluants. Selon leur qualité et leur composition, les boues d'épuration peuvent avoir quatre destinations finales : l'épandage agricole, la mise en décharge, l'incinération et le compostage.
Pour en savoir plus :
- Pour une visite guidée virtuelle avec photos etc… : le site de la station du syndicat intercommunal des vallées du Croult et du petit Rosne (35 communes concernées ; station mise en route en 1995) :
- La station d’épuration de type végétal de Vezins dans le Maine et Loire, inaugurée en 2008 est à la pointe de ce que l’on peut faire pour préserver l’environnement. Cette nouvelle station d’épuration a été conçue afin de remédier à la surcharge hydraulique et organique de l’actuelle station dont la conception ne permettait plus de traiter efficacement la totalité des effluents de la commune.
Cet équipement d’un type nouveau s’intègre parfaitement dans le paysage et se définit comme une réalisation écologique, économique et innovante.
L’originalité de la filière de traitement, qui associe la trilogie roseaux, lagunes, bambous, et la capacité EH* de la station d’épuration de Vezins en font aujourd’hui la 1ère station d’épuration végétale de ce type en France.
Cet équipement utilise, en effet, une filière de traitement originale composée de trois concepts épuratoires successifs permettant le rejet d’une eau de qualité dans la rivière de l’Evre :
- 3 filtres plantés de roseaux de 960 m2 chacun, qui épurent la majeure partie des effluents "frais" répartis sur la surface
- 3 lagunes de 4 000 m2 chacune assurant un traitement complémentaire sur les paramètres azote et phosphore.
- une bambouseraie d’environ 11 000 m2 qui assure le traitement tertiaire sur le phosphore
Dix ans d’étude pour la station de la Communauté de communes d’Epernay en Champagne. Fruit du partenariat avec la profession vinicole, la station d'épuration est dimensionnée pour le traitement des effluents domestiques, pluviaux et vinicoles. On trouve sur le site des maquettes, des photos, des vidéos, des explications, toutes les étapes du projet. Cette station utilise le procédé ATHOS d’Oxydation par Voie Humide (explications sur le site) dont le modèle fut expérimenté à Toulouse en 2001.
Pour un complément d’information :
Le site de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie)) : http://www.ademe.fr/partenaires/Boues/Pages/f14.htA
Le site de Veolia environnement (entreprise spécialisée)
http://www.industries.veolia.com/fr/lexique/station-epuration.aspx